Archives
<< Retour

Image Forêt d'hiver
  Posté le 23/12/2020 à 18h22 par Franck Taboury
Bonjour ! voilà bien longtemps que je ne suis pas passé par ici, les réseaux sociaux sont passés par là ! et le temps manque, surtout pour être derrière l'ordinateur... Mais en ces temps de restriction, c'est l'occasion de refaire vivre le site et de se poser pour "discuter" nature.

L'hiver est là, la forêt semble endormie, seuls les bouleaux ont encore quelques feuilles à leur cime. Bizarre d'ailleurs, ça devrait être les premières à tombées !

Forêt d'hiver



Chaque hiver je me pose la question, est-ce que je nourrie les oiseaux ou pas ? en période de grand froid, on file un coup de main aux plus faibles, mais ne vaudrait-il pas mieux laisser faire la nature ? La nature, je me dis qu'à la vue de sa forme, je vais nourrir un peu ses oiseaux…

Même s’il ne faut pas se mentir, à moins que l'environnement proche de chez vous ne change radicalement à cette saison (genre une haie de plusieurs mètres disparait, par "mégarde", une forêt est coupée, ...) les oiseaux ont cette capacité de se déplacer et de trouver de la nourriture quelque part. Alors à quoi bon ? et bien je l'avoue, c'est toujours un grand plaisir d'observer "au coin du feu" toutes ces espèces qui viennent se ravitailler tout au long de la journée. Et c'est toujours un plaisir aussi de pouvoir faire des photos de quelques unes des espèces plus discrète le reste du temps.

Cette année les grimpeurs sont bien présents ! Le plus commun, c'est le Pic épeiche (en tout cas chez moi), on le trouve un peu dans tous les milieux. Il a besoin de vieux arbres pour construire sa loge. Cette année "j'ai" 3 individus qui viennent visiter la mangeoire. 2 femelles et un mâle. Pour les distinguer c'est facile, Mr à une tache rouge sur la calotte et Mme une tache noire.

Mme

Pic épeiche femelle



Mr

Pic épeiche mâle



Une habituée de la mangeoire, la Sittelle Torchepot. Elle niche dans des anciennes cavités de pics et son nom "torchepot" vient du fait qu’elle réduit le diamètre de l’ouverture de sa cavité à l’aide de boue, pour limiter les risques de prédation et la redimensionner à sa taille. Véritable accrobate, elle parcourt les troncs la tête en bas à la recherche d’insectes. En hiver, la sittelle complète son régime alimentaire par des graines.

Sittelle torchepot



Et puis, la petite surprise de cette année, le Grimpereau des jardins. Plus petit, il arpente les vieux troncs à la recherche d'insectes cachés sous l'écorce. C'est d'ailleurs sous cette écorce qu'il bâti son nid. Il a donc, lui aussi besoin de vieux arbres.

Grimpereaux des jardins



Et enfin, pour terminer, le discret et timide Pic mar, plus habitué aux cimes des forêts de feuillus, il ne dédaigne pas venir à la mangeoire en hiver. Jusqu'à il y a peu de temps, les pics épeiches ne le supportaient pas et le chassaient systématiquement. Mais depuis quelques jours il semble que le "mar" se fait un peu mieux accepter...
Pour le reconnaître c'est facile, il a une crête rouge !

Pic mar



C'est ce qui me plait avec les affuts. De longues heures d'attentes, parfois sans que rien ne se passe, et puis tout d'un coup, un instant furtif et rare juste devant. Même à la mangeoire je ne m'en lasse pas !

à bientôt, Franck

Ajouter un commentaire - 0 commentaire